Placer l'excédent de trésorerie sur un compte courant ou un compte à vue

Dernière mise à jour de cette page le 29-01-2013

Gérer l’abondance de trésorerie, même temporaire, n’est pas toujours aisé. La règle d’or consistant à "ne pas laisser dormir l’argent", il s’agit de trouver le meilleur équilibre entre gestion prudente et recherche de rendement.

Une bonne gestion doit inciter l’entreprise à garder à sa disposition les fonds nécessaires pour faire face à ses engagements financiers à court ou moyen terme. Selon les cas, une marge de sécurité comprise entre un et 3 mois se révèlera suffisante (voir budget et plan de trésorerie).

Mais si rester "liquide" est un impératif, une trésorerie structurellement excédentaire, peut révéler un déficit de gestion ou être le signe précurseur d’une fin d’activité (cessation/liquidation volontaire).

Les banques proposent toute une gamme de solutions rémunérées dont le rendement dépend de la durée du placement envisagé et donc de la rapidité à récupérer les fonds en cas de besoin.

Le compte courant, appelé aussi compte à vue, est un compte en banque qui sert à la gestion des paiements en monnaie scripturale. Il est tenu auprès d’un établissement de crédit et est débité ou crédité des paiements effectués. Le compte courant est l’axe central pour gérer tous les flux financiers de l’entreprise en ce qui concerne toutes ses relations commerciales avec les clients, les fournisseurs ou d’autres tiers.

Le compte courant a comme objectifs de centraliser :

  • les versements et retraits en espèces ;
  • les encaissements et paiements utilisant un autre moyen de paiement que les espèces (chèque, carte de paiement, virement, prélèvement, etc.) ;
  • les mouvements de fonds avec les autres comptes et produits bancaires (compte d'épargne, plan d'épargne, compte de prêt, compte titres etc.).

Objet : le compte courant permet la gestion des liquidités et le paiement de factures ou contrats quel que soit la contrepartie commerciale sous-jacente.

 

Personnes concernées

Accessible aux indépendants et à toutes entreprises, le compte courant constitue le compte de base pour chaque activité. L’ouverture d’un compte courant se fait en principe lors de la création d’une entreprise ou lors du lancement d’une activité commerciale, industrielle ou autre.

L’utilisation du compte courant peut se faire dans toutes les phases de la vie d’une entreprise:

  • création (dépôt de capital, frais de notaire) ;
  • gestion courante de l’entreprise (paiement frais et matériels, réception de paiements) ;
  • croissance de l’entreprise (achat de nouvelles machines) ;
  • liquidation de l’entreprise (frais de liquidation).

Conditions préalables

L’ouverture d’un compte courant se fait normalement dans une banque choisie par l’entrepreneur. Les entreprises doivent présenter leurs statuts (ou bien le projet de leurs statuts au cas où ils ne sont pas encore déposés au Registre de Commerce et des Sociétés) et tout autre documents réclamés par la banque pour justifier leur source de revenus et leur activité (bilans, liste des actionnaires, etc.). La banque réclamera également la liste des signatures autorisées et les pièces d’identités des personnes ayant procuration sur le compte en question.

Modalités pratiques

Description du compte courant

Conditions et modalités d’application

Frais
  • d’ouverture ;
  • de gestion ;
  • d’arrêté de compte ;
  • de liquidation.
Intérêts

Le taux d’intérêt débiteur et créditeur dépendent des conditions affichées par les banques.

Titulaire et mandataire : le client détenteur du compte courant est appelé titulaire du compte. Le titulaire peut également donner une procuration à des tiers qui sont alors mandataires sur le compte (ils sont autorisés à effectuer certaines opérations, éventuellement dans certaines limites).

Délais de mise en place

Le délai d’ouverture d’un compte courant dépend de plusieurs facteurs dont p.ex. l’historique de la relation bancaire que détient le groupe avec la banque en question, le statut juridique de l’entreprise ou de la société, le droit applicable de la société (droit luxembourgeois ou étranger) etc.

Avantages et inconvénients

Avantages

  • placement sans risque ;
  • disponibilité permanente de l’argent ;
  • simplification de la gestion de trésorerie ;
  • possibilité d’instaurer des prélèvements automatiques et des ordres permanents ;
  • accessibilité par différents moyens de paiement (virements, prélèvements carte, chèques, etc).

Inconvénients

  • rémunération en principe moins élevée que sur des comptes de placement (compte d’épargne et dépôt à terme) ;
  • perte de dates de valeur.