Optimiser les excédents de trésorerie par la mise en place d'un Cash Management

Dernière modification le 11.06.2018

Le Cash Management est une méthode qui permet à l’entreprise de centraliser la gestion de trésorerie de manière à optimiser la répartition des liquidités des différents comptes de l’entreprise ou de ses filiales. L’objectif du Cash Management est d’améliorer la gestion et le rendement de la trésorerie de l’entreprise. Ceci peut se faire par :

  • le transfert de fonds vers des comptes qui présentent un solde négatif afin d'éviter des intérêts débiteurs élevés ;
  • le transfert de fonds vers un compte unique en vue d’optimiser le résultat d’intérêt en compensant les positions créditrices et débitrices.

Grâce au système du Cash Management international, l’entreprise peut accéder à tout moment à l’ensemble des informations qui présentent un intérêt pour sa gestion de trésorerie.

Objet : le Cash Management permet la gestion optimisée de la trésorerie, le placement et la gestion productive des liquidités de l’entreprise.

Personnes concernées

Sont concernées par le Cash Management surtout les grandes entreprises multinationales, mais aussi toute autre entreprise qui souhaite diminuer les frais financiers, sans pour autant diminuer le nombre de comptes.

Le Cash Management est surtout un outil intéressant pour des grands groupes :

  • composés de plusieurs sociétés affichant des situations de trésorerie très différentes ;
  • actifs dans plusieurs pays d’Europe voire au-delà du fait de sociétés-filles, de filiales ou simplement de fournisseurs ou de clients à l’étranger ;
  • qui disposent d’un grand nombre de comptes bancaires dans plusieurs pays ;
  • qui envisagent de centraliser leur trésorerie et leurs services financiers ;
  • qui souhaitent optimiser leur gestion de liquidités ou leur gestion de crédits.

Conditions préalables

  • l’activité doit être internationale avec au moins des clients ou des fournisseurs à l’étranger ;
  • les comptes des filiales de l’entreprise doivent être abrités auprès de la même banque ;
  • la banque de l’entreprise doit être représentée dans le pays cible par le biais de filiales, succursales ou de partenariats avec d’autres banques ;
  • l'utilisation du système Multiline constitue un avantage qui simplifie les transferts de fonds.

Modalités pratiques

Le Cash Management offre 2 techniques différentes qui permettent d’optimiser la gestion des liquidités, à savoir :
  • Cash Pooling : transfert physique des fonds
  • Notional Pooling : transfert virtuel des fonds

L’objectif est toujours de limiter les frais financiers et de rendre la gestion de trésorerie plus performante en évitant la coexistence simultanée de soldes créditeurs et débiteurs sur différents comptes à l’intérieur du groupe.

Cash Pooling

Le Cash Pooling (gestion centralisée de trésorerie) permet de regrouper la trésorerie des sociétés d’un groupe sur un compte bancaire unique. L’entreprise choisit un seul compte principal centralisateur (le maître). Les autres comptes qui sont inclus dans le pool sont régulièrement débités ou crédités via le compte centralisateur. Le Cash Pooling est toujours mis en œuvre par des transferts physiques de fonds.

Avantages

  • gestion d’un seul compte unique et ainsi réduction des frais financiers ;
  • rendement net plus élevé puisque les intérêts dus sur découverts sont réduits - voire annulés ;
  • simplification de la gestion de trésorerie par le biais d’un reporting informatisé et l’automatisation de nombreux transferts ;
  • endettement réduit grâce à la compensation des soldes débiteurs par des soldes créditeurs.

Inconvénients

  • frais administratifs élevés dus à la gestion d’une centralisation de la trésorerie ;
  • nécessité d’ouverture d’une limite crédit en vue de garantir le non-approvisionnement temporaire du compte centralisateur ;
  • multiplication des calculs et comptabilisations des écritures et de la rémunération des prêts intra-groupe ;
  • réduction de l'autonomie de gestion des comptes subordonnés.

Risques

Des conséquences légales et fiscales peuvent en résulter dans certains pays où les transferts intra-groupe sont considérés comme des prêts.

Notional Pooling

Le Notional Pooling (échelle d’intérêts) permet de réduire les intérêts à payer et d’augmenter les intérêts à percevoir par une compensation virtuelle des soldes débiteurs par les soldes créditeurs. L'entreprise n’est plus tenue à enregistrer ses opérations journalières, mais elle perçoit des intérêts sur le solde cumulé des comptes participants, et non plus sur chacun des comptes séparément. Les intérêts débiteurs et créditeurs sont recalculés chaque mois sur la base du solde virtuel net calculé quotidiennement. Il n’y a pas de transfert physique de fonds.

Avantages

  • meilleur rendement net grâce à la compensation virtuelle des soldes débiteurs par les soldes créditeurs ;
  • réduction des frais financiers car il n’y a pas de transferts physiques ;
  • système multidevise qui permet d’inclure des comptes en différentes devises ;
  • autonomie de gestion pour chacun des comptes subordonnés ;
  • validité légale devant les autorités fiscales car non considéré comme transfert des bénéfices par des "prêts intra-groupes".

Inconvénients

  • rigidité due à la difficulté de gérer la position nette du groupe ;
  • implique une plus grande utilisation des lignes de crédit que pour le Cash Pooling, puisque chaque compte peut être en situation débitrice ;
  • pas de réduction de l’endettement au niveau du bilan de l’entreprise nationale.
Dernière modification le