Différentes sources et types de financement (bancaire et hors bancaire)

Le financement est l'une des conditions clé de la réussite d’un projet ou d’un investissement.

Afin d'éviter ou limiter les risques financiers pouvant conduire à la disparition prématurée de l'entreprise, l'entrepreneur doit déterminer à l'avance le type et la source de financement adapté à ses besoins en étant attentif :

  • au cycle de vie de l'entreprise ;
  • au type de projet à financer : création ou reprise d’entreprise, investissement, financement du besoin en fonds de roulement.

Pour financer un projet ou un investissement, l'entreprise peut recourir :

  • au financement interne, c'est-à-dire aux ressources disponibles à l’intérieur de l’entreprise ;
  • au financement externe, c'est-à-dire aux ressources tierces (actions, participations, emprunts, etc.).

Personnes concernées

Le financement bancaire et hors bancaire concerne toute entreprise individuelle ou société qui souhaite développer son activité par :

  • la création d’entreprise ;
  • l’investissement en capital (acquisition de machines ou de matériel) ;
  • l’expansion internationale ;
  • le besoin de liquidités (paiement des fournisseurs, équilibrer le non-paiement par les clients) ;
  • la croissance interne (développement de ses activités, création de filiales) ;
  • la croissance externe (fusion ou rachat d’une autre entreprise).
Le choix d'un type ou d'une source de financement est toutefois conditionné par différents facteurs, tous les types de financement n'étant pas adaptés aux besoins de toutes les entreprises.

Conditions préalables

Certains critères peuvent influencer la capacité à obtenir des fonds :

  • l’honorabilité, la qualité et les qualifications de l’entrepreneur, de l’associé, du gérant ;
  • la réalisation du projet / produit ;
  • la situation du marché, etc.

Modalités pratiques

Types de financement

Critères de choix

L'entrepreneur doit choisir un type de financement en fonction :

  •  des ressources disponibles ou non dans l'entreprise :
    • financement interne ;
    • financement externe.
D'autres facteurs peuvent influencer le choix de l'entrepreneur à savoir les coûts, les risques ou les contraintes générés par chaque type de financement.

Source du financement

Le financement interne se fait généralement par capitaux propres, alors que le financement externe peut se faire par capitaux propres ou empruntés ou par capital mezzanine.

Le recours aux capitaux empruntés est souvent inévitable pour toutes les entreprises, afin de compenser le manque de capitaux propres et de profiter d’un effet de levier.

Financement interne

Financement externe

Capitaux propres

  • Fonds propres
  • Bénéfice
  • Réserve

Capitaux propres

  • Marchés financiers
  • Capital risque
  • Business Angels

 Capital Mezzanine

Capitaux empruntés

  • Marchés financiers
  • Établissement de crédit
  • Institution de microfinance
  • Aides publiques

Financement interne

On parle de financement interne ou d'autofinancement lorsque l’entreprise peut satisfaire son besoin de financement grâce aux ressources disponibles à l’intérieur de l’entreprise.

Dans le cadre du financement interne, les capitaux propres sont composés :

  • des fonds propres, c'est-à-dire les apports venant de l’entrepreneur ou des associés à savoir principalement :
  • des bénéfices de l’entreprise (de l’exercice et des reports des années précédentes) ;
  • des réserves des années précédentes.

Bien qu’il s’agisse souvent du moyen de financement préféré par les entrepreneurs, les capitaux propres restent limités pour les jeunes entreprises qui ne réalisent pas encore de bénéfices et de réserves et pour lesquelles les entrepreneurs ont déjà mis à disposition leur capital personnel.

Financement externe

On parle de financement externe lorsque l'entreprise fait appel aux apports de capitaux provenant de tiers.

Capitaux propres

L'entreprise peut faire appel à des tiers pour obtenir des capitaux propres en recourant :

  • au marché financier : l'émission d'actions convient aux entreprises en phase de croissance ou de développement mais n'est possible que pour une minorité d’entreprises et nécessite une assistance professionnelle ;
  • au capital-risque qui consiste en une prise de participation minoritaire et temporaire (court-terme) par des investisseurs professionnels rémunérés par la plus-value réalisée entre le prix de vente et le prix d’achat de leurs actions. En plus des fonds propres, le capital-risque permet à l'entreprise de profiter de l'accès aux réseaux et aux connaissances des investisseurs professionnels. Ce moyen de financement est adapté aux entreprises hautement innovantes à très forte rentabilité en phases de création et de développement ;
  • à un Business Angel, à savoir une personne ayant fait fortune dans un secteur particulier et désirant faire profiter des tiers de son expérience et de ses connaissances. Contrairement au capital-risque, il s’agit normalement d’une personne physique dont les objectifs de rendement sont à plus long-terme.
    Sa contribution se traduit souvent par une augmentation du capital et par une participation à la prise de décision.
    Il s’agit d’un moyen de financement beaucoup plus accessible que le capital risque pour toutes entreprises en phases d’amorçage ou de création.
    Au Luxembourg, les entreprises peuvent faire appel au Luxembourg Business Angel Network.

Capitaux empruntés

Pour financer ses projets, l'entreprise peut emprunter des capitaux en faisant appel :

  • aux établissements de crédit ; l'emprunt bancaire est le type de financement le plus utilisé par les petites et moyennes entreprises en Europe. Il existe différents types de crédits adaptés aux besoins des entreprises et aux projets à financer. Les banques ne souhaitent généralement pas participer à la gestion de l’entreprise mais demandent, en contrepartie, des garanties pour assurer le remboursement de leurs créances ;
  • institution de microfinance ; le recours aux institutions de microfinance est adapté pour toute personne avec un projet de création et/ou développement d'entreprise qui n'a pas accès au crédit bancaire. Le montant maximal des microcrédits s'élève à 25.000 euros. De plus, à côtés des services financiers, des services d'accompagnement adaptés aux besoins des entrepreneurs sont mis à disposition à titre gratuit.
  • au marché financier ; l'émission d'obligations est limitée aux entreprises de grande taille ;
  • aux aides publiques ; l’Etat luxembourgeois a mis en place toute une série d’aides publiques aux jeunes entreprises et investisseurs pour le financement de projets. Ces aides peuvent varier en fonction de l’activité et du projet et se traduire par :
    • des subventions en capital ;
    • des bonifications d’intérêts ;
    • des exonérations fiscales.
    La décision d’investissement ne doit en aucun cas dépendre de l’obtention d’une aide publique.

Capital mezzanine

Le capital mezzanine est un moyen de financement hybride qui se positionne entre les capitaux propres et les capitaux empruntés. Il convient notamment pour les entreprises en croissance ou pour financer le rachat d’une entreprise.

Dernière modification le