Business plan / Plan d'affaires

Dernière mise à jour de cette page le 31-03-2016

Qu'il s'agisse de la création d'une entreprise, de la reprise d'une entreprise, d'une nouvelle phase de développement ou du lancement d'une nouvelle activité au sein d'une entreprise existante, il est nécessaire de se poser des questions fondamentales sur l'ensemble des aspects de son projet, et d'y apporter des éléments de réponse. Les résultats de ces réflexions vitales doivent nécessairement être formalisés dans un document synthétique, appelé "plan d'affaires" ou "business plan". En effet, le business plan est tout au long d'un projet entrepreneurial un outil de stratégie et de communication indispensable.

Le plan d'affaires est utilisé à des fins internes et externes. Utilisé en interne, le plan d'affaires permet à l'entrepreneur :

  • de structurer et planifier son projet ;
  • de suivre l'évolution de son projet et d'en informer régulièrement les parties prenantes ;
  • de motiver ses collaborateurs.

Utilisé en externe, le plan d'affaires permet à l'entrepreneur :

  • de vendre son projet ;
  • de communiquer vers l'extérieur pour obtenir des financements et du soutien.

Personnes concernées

Un plan d'affaires doit être rédigé par toute personne ayant l'intention de :

  • créer une entreprise ;
  • développer l'activité de son entreprise ;
  • reprendre une entreprise existante.

Conditions préalables

Le business plan n'est pas seulement un outil pour l'entrepreneur, il s'adresse également aux :

  • clients ;
  • fournisseurs ;
  • banquiers ;
  • sociétés de capital-risque ;
  • business angels ;
  • partenaires industriels et commerciaux ;
  • cabinets de conseil ;
  • administrations publiques.

Il est donc important que le plan d'affaires soit adapté aux besoins et attentes des différents lecteurs. A la lecture de ce document, chaque catégorie d'interlocuteur devra avoir le sentiment que l'entrepreneur présente un projet cohérent et solide.

Le plan d'affaires doit notamment permettre aux parties prenantes externes :

  • d'évaluer et d'apprécier le réalisme, la pertinence, le potentiel et la viabilité du projet ;
  • de suivre l'évolution du projet.

Il est indispensable que les hypothèses avancées dans le plan d'affaires soient pertinentes et réalistes.

L'entrepreneur doit donc :

  • avoir défini précisément son projet en termes :
    • d'activité ;
    • de forme de société ;
    • de qualifications requises ;
  • avoir réalisé une analyse du marché et de la concurrence ;
  • s'être procuré l'ensemble des éléments nécessaires à l'établissement d'un plan d'affaires et de financement.

Il doit surtout veiller à :

  • ne pas surestimer le marché ou la part de marché que l'entreprise pourra conquérir ;
  • ne pas sous-estimer la réaction de la concurrence ;
  • choisir et trouver un financement adéquat pour l'activité.

Modalités pratiques

Contenu du plan d'affaires

Le plan d'affaires reprend, sous une forme concise et structurée, tous les aspects importants intrinsèques au projet d'entreprise, à savoir :

  • son histoire ;
  • l'organisation pratique et la stratégie de son démarrage ;
  • son financement ;
  • sa gestion journalière ;
  • l'analyse des coûts, des perspectives de ventes, de rentabilité et de croissance ;
  • l'analyse de l'environnement externe au projet, comme une étude de la concurrence dans le secteur d'activité et une évaluation des barrières à l'entrée du marché.

En résumé, l'entrepreneur doit présenter son projet dans tous ses aspects, aussi bien humains, stratégiques, financiers que techniques.

En détail, le plan d'affaires doit notamment présenter :

  • les aspects juridiques tels que la forme juridique, l'évolution du capital social, les protections industrielles (brevets, marques, savoir-faire, etc) ;
  • les caractéristiques des produits et/ou services offerts de manière claire (l'acteur externe n'étant pas nécessairement un spécialiste) ;
  • les caractéristiques du secteur d'activité et son évolution ;
  • les concurrents directs et les caractéristiques qui permettent de s'en distinguer ;
  • les catégories de clientèle, la politique de vente et de distribution ;
  • les objectifs en termes de parts de marché, chiffre d'affaire, rentabilité ;
  • une description des personnes clés du projet (leur rôle, leurs expériences) ;
  • les coûts planifiés pour cette mise en œuvre ;
  • les prévisions financières du projet ;
  • la planification du projet ;
  • le cadre fiscal applicable ;
  • tout autre renseignement supplémentaire utile à la compréhension et à la réalisation du projet.

Lors de la rédaction, le porteur de projet veillera à privilégier la clarté des explications, en évitant de surcharger le plan d'affaires de détails inutiles. Il doit définir, sur base d'informations vérifiables, des hypothèses réalistes sur lesquelles seront bâties la stratégie et l'évolution du projet (sur 3 ans minimum).

Tous les éléments cités dans cette liste ci-dessus sont articulés autour des 4 grands éléments constitutifs d'un plan d'affaires, qui sont :

  • le plan de financement initial ;
  • le compte de résultat prévisionnel ;
  • le plan de trésorerie prévisionnel ;
  • le plan de financement.

Plan de financement initial

Dans la partie du plan d'affaires concernant les prévisions financières, l'entrepreneur doit traduire en chiffres les choix stratégiques précédemment définis pour déterminer un plan de financement initial. Ce plan est une sorte de bilan d'ouverture qui reprend, dès le départ, tous les besoins et ressources durables nécessaires au lancement du projet.

Il présente notamment :

  • les besoins durables :
    • frais d'établissement, c'est-à-dire frais d'acte notarié, frais de conseils (avocats, fiscalistes, etc.) ou d'études préalables (études de marché) ;
    • acquisition d'immobilisations (incorporelles, corporelles, financières), tout en tenant compte de leur amortissement ;
    • autres frais pour l'aménagement des locaux, l'achat de  mobilier et de matériel de bureau, le système informatique, etc. ;
  • les besoins en fonds de roulement(BFR), autrement dit la différence entre le passif circulant et l'actif circulant :
    • passif circulant : dettes envers fournisseurs et administrations ;
    • actif circulant : stocks et encours d'exploitation et créances ;
  • les ressources disponibles :
    • les apports personnels (en numéraire, en nature ou en industrie) ;
    • les aides publiques ;
    • les financements bancaires (court, moyen ou long terme), leasings.

Compte de résultat prévisionnel

Se présentant sous forme de tableau, il permet de retracer l'activité des 3 premiers exercices, et notamment de recenser les dépenses et les recettes de chacun de ces exercices. Une distinction des charges encourus se fera entre :

  • charges fixes (loyer, salaires, eau-gaz-électricité, téléphone, nettoyage des locaux, intérêts, etc.) ;
  • charges variables (achat de matière première, de fournitures, consommation d'énergie, frais de transport, etc.).

Ce tableau a pour but de s'assurer de la rentabilité du projet et de la capacité de l'entreprise à faire face aux charges de remboursement des emprunts potentiellement à contracter.

Plan de trésorerie

Le plan de trésorerie présente l'ensemble des décaissements et des encaissements sur la 1ère année d'exploitation.

Il prend la forme d'un tableau où figurent, mois par mois, les entrées et les sorties d'argent liées au processus  d'exploitation, d'investissement et de financement.

Il permet de déterminer, par rapport à l'activité, si les disponibilités en matière de trésorerie pourront permettre de faire face aux échéances de paiement.

Sur base des plans de financement initial et de trésorerie, du compte de résultat et des hypothèses du plan d'affaires, l'entrepreneur retrace ensuite l'évolution de la situation financière pour les 3 ans à venir.

Il définit ainsi le plan de financement du projet d'entreprise.

Plan de financement

Ce tableau, mettant en évidence les besoins financiers et les ressources financières pour y faire face, permet de définir les ressources nécessaires à l'entreprise pour financer son cycle d'exploitation ainsi que son programme d'investissement.

Il est important de garder les règles de gestion dans la construction de ce tableau, notamment le fait que les besoins de moyen/long terme doivent être financés par des ressources de moyen/long terme.

Dans ce plan de financement à moyen/long terme, il sera intéressant également de calculer le "break-even-point" ou seuil de rentabilité. Celui-ci permet de déterminer quand le niveau de production ou le volume des ventes permettant de couvrir les charges sera atteint et, par conséquent, à partir de quel moment l'entreprise pourra commencer à générer des bénéfices.

Assistance

Différents organismes proposent une assistance pour la rédaction d'un plan d'affaires. En recourant à ces services d'accompagnement spécialisés, l'entrepreneur pourra bénéficier de l'expérience de professionnels et ainsi optimiser la qualité de son plan d'affaires :

  • la House of Entrepreneurship - One-Stop Shop propose des ateliers sur le business plan dans le cadre des Entrepreneurs' Days, qui ont lieu 3 fois par an;
  • l'équipe Contact Entreprise de la Chambre des Métiers propose des services d'assistance et de conseils personnalisés pour tout projet d'entreprise artisanale ;
  • Luxinnovation, l'Agence nationale pour la promotion de l'innovation et de la recherche, accompagne de manière individuelle les créateurs d'entreprise porteurs de projets innovants et désireux d'implanter leurs activités au Luxembourg ;
  • le parcours de plan d'affaires interrégional 1,2,3,GO soutient les porteurs de projets innovantes dans l'élaboration de leur plan d'affaires en les mettant en relation avec des coachs ;
  • la plateforme www.businessplan.lu est un service en ligne d'aide à la rédaction d'un plan d'affaires et à la réalisation des principales démarches administratives de la création d'une entreprise au Grand-Duché de Luxembourg ;
  • de nombreuses fiduciaires, cabinets de conseils et études d'avocats proposent différents services professionnelles pour assister les créateurs d'entreprise, voire effectuer ces démarches pour leur compte.

Organismes de contact

14, rue Erasme
L-1468 - Luxembourg
Luxembourg
Tél. : (+352) 42 39 39 - 330
E-mail info@houseofentrepreneurship.lu

Heures d'ouverture
de 8h30 à 17h30
Chambre des Métiers
2, Circuit de la foire internationale
L-1347 - Luxembourg-Kirchberg
Adresse Postale B.P. 1604 / L-1016
Luxembourg

E-mail contact@cdm.lu

5, avenue des Hauts-Fourneaux
L-4362 - Esch-sur-Alzette
Luxembourg
Tél. : (+352) 43 62 63-1
Fax : (+352) 43 81 20
E-mail info@luxinnovation.lu

121, rue de Hollerich
L-1741 - Luxembourg
Luxembourg
Tél. : (+352) 288 408-23
E-mail 123go@nyuko.lu

121, rue de Hollerich
L-1741 - Luxembourg
Luxembourg
Tél. : (+352) 288 408-24
E-mail 123gosocial@nyuko.lu